Return to site

Une carotte en hiver

Interview de Xavier Dupuis, notre producteur de carottes préféré

Malgré des températures moyennes à la hausse, le mercure finit toujours par descendre et menacer de gel les légumes en pleine terre... Il était donc temps d'aller rendre visite à Xavier Dupuis notre producteur de carottes pour une petite cueillette des dernières fournées de carottes de la saison. Direction Les Mureaux pour une interview à bord du tracteur.

Les 3 Chouettes : Xavier, on dirait que l'on est en pleine saison de la récolte ?

Xavier Dupuis : Oui, là on vient l'air de rien de récolter un palette de 500 kilos en 4 min 30, quelques carottes restent sur le chemin le reste on le ramasse à la main et on en laisse pour les lapins, cela évite qu'ils viennent grignoter celles qui sont encore dans les champs et qui restent à récolter.

Cette saison de l'arrachage dure jusque début mars après on sera en fin de saison, là il fait doux on a pas encore paillé (mettre de la paille sur les carottes pour les tenir au chaud ndlr) les carottes mais on va démarrer début janvier pour éviter le gel.

Les 3 Chouettes : ici on est sur une terre sableuse assez particulière, c'est bien pour les carottes ?

Xavier Dupuis : C'est du sable agréable l'hiver, moins l'été car très séchant. Cette année il a fait plus de 40 degrés on n'avait jamais connu ça ici, on a même eu 3 semaines à plus de 35, dans ce cas les légumes même en arrosant bloquent leur croissance, ça couple le cycle de la plante qui se met en stress hydrique (Xavier a perdu 50% de ses carottes semées dans les sables cette année ndlr)

Les 3 Chouettes : et tu cherches à adapter tes cultures à cela ?

Xavier Dupuis : on réfléchit a un système de paillage l'été pour garder de la fraîcheur au sol pendant les vagues de chaleur. Mais ça fait plusieurs 100 aines de tonnes à épandre...

On est arrivés aux limites de la culture dans les sables...

Les 3 Chouettes : Comment tu vois le métier d'agriculteur ?

Xavier Dupuis : cette année ça a souffert, on n'a pas forcément du réchauffement climatique, on a des aléas qu'on ne maîtrise pas. Cela peut être de grosses chaleurs, des inondations, des gelées tardives, des gelées précoces, ça peut arriver... il va falloir qu'on s'adapte.

Ce qu'on avait de façon ponctuelle avant on les a de plus en plus.

C'est beaucoup plus chaotique que ce ne l'était auparavant en terme de météo : savoir quelles cultures il faut faire, quel système d'arrosage mettre en place, on est obligés de revoir nos méthodes de travail.

Comme dit un agriculteur de chez moi : t'es apprenti tous les ans. L'année où tu penses que t'as compris comment ça marchait tu te fais avoir l'année d'après et ça ne marche pas !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK